Biesse d’un ton et monte le son !

 

21 juin, 19h, l’ilotopienne Jasmine Vegas s’installe sur la terrasse du Grand B pour donner le seul concert entre Petite Biesse et Grande Biesse. Durant plus d’une heure, Jasmine Vegas nous offrira un moment joyeux et savoureux oscillant entre chanson, performance théâtrale et poésie sonore.

 

L’événement sur Biesse

Une trentaine de passants et clients du Grand B ont pu apprécier le répertoire de cette chanteuse new-yorkaise, membre à part entière sur Wattignies Social Club. Le DJ Balafon, grand connaisseur des musiques afro, a rythmé la seconde partie de soirée. Au final : un moment de fraternité ilotopienne teintée de Rock&Roll qui a nourri ce désir de donner plus de tempos et de rythmes à cette rue historique.

 

Pourquoi un concert ici ?

Lors de nos rencontres citoyennes, de nombreux habitants nous ont évoqué l’existence passée d’une véritable ambiance de faubourg avec une grande effervescence commerciale et artisanale rue Biesse. Jusqu’à la fin des années 50, la rue était en permanence encombrée par de multiples véhicules de toutes sortes qui entraient ou sortaient de Nantes. Des devantures variées occupaient les rez-de-chaussée de tous les immeubles : drogueries, cordonniers, marchands de charbon, chapeliers… Seul la présence de Marius, le cordonnier nous rappelle cette époque. Toujours selon le témoignage des anciens, près du tiers des commerces étaient des cafés, autant de lieux de rendez-vous privilégiés pour faire la fête et se rencontrer. Le concert de Jasmine Vegas rend hommage à ces ambiances de cabaret indissociablement liées au faubourg.

 

Biesse, un axe commercial à consolider

Le concert est une occasion de révéler l’important potentiel créatif et événementiel de l’axe Grande Biesse / Petite Biesse, en fin de journée. Habitués à une animation autour de l’heure de midi, cette rue peut aussi se mettre en action à d’autres moments de la journée.

 

Cette rue, aujourd’hui principalement fréquentée par les habitants du quartier, devra, demain, être en mesure d’attirer les flâneurs qui longent la Loire. Comment construire un « circuit de dérivation » qui invite les piétons à rentrer dans le cœur du faubourg ? À l’image de la musique de Jasmine Vegas, écrivons ensemble de nouvelles partitions urbaines harmonieuses et rythmées pour vitaliser la rue Grande Biesse et Petite Biesse.

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *